sur le même site :
La double Hélice
  1. Honest Jim ↓
  2. La véritable histoire de la découverte de la structure de l'ADN ↓
  3. Références ↓

«Dans les sciences, le chemin est plus important que le but. Les sciences n'ont pas de fin.»
Erwin Chargaff, Le feu d'Héraclite: scènes d'une vie devant la nature

La double hélice est le titre d'une autobiographie de James D. Watson relatant l'histoire de la "découverte" (ou plutôt de l'élucidation) de la structure de la molécule d'ADN (Watson, 1968). Ecrit dans un style alerte et facile à lire, presque comme un roman policier, le livre de Watson désacralise la recherche scientifique en décrivant un monde d'hommes engagés dans une compétition généralisée interrompue seulement par des aventures avec des jeunes filles au pair (en français dans le texte) et des parties de tennis passionnées.

Les documents sous copyright sont présentés en utilisant le droit de citation

Honest Jim 




Complication majeure, Crick n'a jamais travaillé sur l'ADN et cette molécule était, en Angleterre, le domaine réservé de Maurice Wilkins. Wilkins, n'est pas «assez aventureux pour avancer sur un sujet aussi explosif que l'ADN et est obsédé par sa nouvelle assistante

rosalind_franklin
Rosalind Franklin, Paris, 1950 (photographie de Vittorio Luzzati).

Pour sa biographe Anne Sayre (Sayre, 1975) les quatre années passées à Paris par Franklin sont les plus heureuses de sa vie. A Paris, dans le labo de Jacques Mering, il est de tradition de servir le café dans des creusets. Une décontraction inimaginable au King's College de Londres où le salon des enseignants chercheurs est interdit aux femmes.
Après quelques considérations sur le fait que Rosalind Franklin ne se maquille pas et que ses tenues vestimentaires manquent d'imagination (des

Un récit controversé
C'est peu dire que la première version du texte suscite la réprobation de ses collègues au premier rang desquels Francis Crick et Maurice Wilkins qui souhaitent empêcher la publication. La seconde version trouve à peine plus de grâce aux yeux de Francis Crick qui qualifie l'ouvrage de commérage :

«Science is not done merely by gossiping with other scientists, let alone by quarrelling with them. The most important requirements in theoretical work are a combination of accurate thinking and imaginative ideas. To understand these they must be described at the intellectual level involved. I conceed that the idea that scientific work is impersonal is ridiculous, but you have gone much too far in the other direction in trying to correct this misconception.» La science ne se fait pas simplement par des commérages avec d'autres scientifiques, voir en se querellant avec eux. Les exigences les plus importantes dans le travail théorique sont la combinaison de la précision de la pensée et d'idées imaginatives. Pour comprendre les phénomènes, ils doivent être décrits au niveau impliqué. Je concède que l'idée que le travail scientifique est impersonnel est ridicule, mais vous êtes allé beaucoup trop loin de l'autre côté en essayant de corriger cette idée fausse.




La véritable histoire de la découverte de la structure de l'ADN 

vers 1910: l'ADN

rosalind_franklin
Représentation d'un tétranucléotide, Crédit Wikimedia, modifié, © Creative commons.
Phoebus Levene identifie différents acides nucléiques dont l'ADN et en détermine les composants; le nucléotide est une sous-unité de l'ADN formé d'une base azotée (il en existe 4 souvent identifiées par l'initiale de leur nom: A, T, C, G), du désoxyribose et d'un groupement phosphate.

En 1910, Levene formule l'hypothèse du tétranucléotide: les nucléotides s'assemblent par 4 et un tétranucléotide contient une base de chaque type.

1940: la génétique russe assassinée

En 1927 Nikolay Konstantinovich Koltsov, directeur de l'Institut de biologie expérimentale de Moscou, imagine que les traits héréditaires sont transmis par une protéine géante formée de «deux brins qui se recopient de manière semi-conservative en utilisant chaque brin comme modèle» (Kizilova). Koltsov, accusé de défendre une génétique "bourgeoise", en opposition aux idées de Lyssenko, est empoisonné en 1940 par la police secrète de l'URSS. Ni Watson, ni Crick n'entendront jamais parler de lui.




us tard l'étude de la photographie B51. Pour Aaron Klug (Klug, 2004) ce choix est surtout une question de méthode: finir d'abord l'exploitation des clichés des formes A, d'autant que le travail sur l'ADN B hydraté était plutôt confié à Wilkins. Franklin n'est pas engagée dans la course à la gloire.

Et pendant ce temps là...
Officiellement, Watson et Crick restent loins de l'ADN, mais ils n'ont rien abandonné; en témoigne leur rencontre en mai avec Chargaff déjà présentée ci-dessus.







«On peut abandonner la fission de l'atome, mettre un terme aux voyages sur la Lune ; on peut s'abstenir d'utiliser des aérosols ; on peut même imaginer que soit prise la décision de ne plus tuer des populations entières à l'aide de quelques bombes. Mais de nouvelles formes de vie ne peuvent revenir en arrière. (…)

Ce monde nous est prêté. Nous ne faisons qu'y passer, et au bout de peu de temps, nous laissons la terre, l'eau et l'air à ceux qui nous succèdent. Ma génération -ou peut-être celle qui l'a précédée- est la première à avoir livré à la nature une guerre coloniale exterminatrice sous la bannière des sciences. L'avenir nous maudira pour cela.»

Notes



13. Un rapport "secret défense" pointe les risques de manipulations génétiques à des fins terroristes. Le Monde, 7 février 2017.

Références 


Johann Gregor Mendel Recherches sur des hybrides végétaux .

http://www.mendelweb.org/MWsapp.html

http://mendelmuseum.muni.cz/en/galerie/galerie-z-vystav

 Avery O.T. & MacLeod C.M. & McCarty M.. 1944. Studies on the chemical nature of the substance inducing transformation of Pneumococcal types. J. Exp. Med. 79, 137-159 (image pdf).
Une expérience trop en avance pour être comprise en son temps.

Bibliographie