sur le même site :
Mendel était-il mendélien ?
La double Hélice
  1. l'eugénisme: un déni historique
  2. Des maladies rares

La génétique en tant que science est une chose; l'utilisation de la génétique en agrobiologie et en médecine en est une autre. De l'eugénisme au manipulations génétiques la question est des plus sulfureuses.

20200928_c15
Vannes, Passage des arts, par le collectif Diaspora, 2019; © Creative Commons by NC SA (Attribution: Michel Racine, pas d'utilisation commerciale).

Dans l'histoire de ces deux derniers siècles les tentations ont étés d'autant plus fortes que notre ignorance des mécanismes de l'hérédité était grande.

Depuis la découverte de la nature et de la structure du matériel génétique dans le milieu du 20e siècle, la mise à disposition de nouveaux outils (diffraction aux rayons X, marquage isotopique d'atomes, traitements informatisés, ...) ont été à l'origine de la biologie moléculaire et lui ont permis des progrès considérables, sans pour autant nous montrer l'essentiel.

Le séquençage du génome humain (ou HGP pour Human Genome Project), commencé en 1989 a duré une douzaine d'années au prix d'un investissement considérable. Bien que complété par le séquençage des génomes de nombreux autres êtres vivants et même par celui de certains de nos proches cousin disparus (Homo neanderthalensis), il n'a pas vraiment fourni les résultats attendus par les intérêts financiers qui s'y étaient investis. Les quelques relicats actuels (projet Encode, Généthon) donnent à penser qu'une bonne partie de l'ADN ne code pas directement des protéines, mais joue un rôle de régulation à travers des réseaux extraodinairement complexes.

L'idée de modifier le génome pour modifier l'être vivant pose déjà d'énormes problèmes d'éthique et de sécurité pour les organismes simples que sont les virus et les bactéries. Vouloir l'appliquer à la complexité des eucaryotes et en particulier à l'espèce humaine tient de la recherche de la pierre philosophale et du mythe nietzschéen du surhomme.

L'eugénisme: un déni historique

On n'aime pas beaucoup aborder l'histoire de l'eugénisme, pas plus que celle de l'esclavage ou du racisme. Il faut pourtant bien reconnaitre que jusqu'à un certain point, l'eugénisme est la chose la mieux partagée au monde. Qui ne souhaite avoir des enfants grands, beaux et en pleine santé plutôt que des enfants chétifs et malades ? Bien sûr tout est dans le "jusqu'à un certain point".


Aussi vieux que l'humanité ?
A Sparte: «Un père n'était pas maitre d'élever son enfant. Dès qu'il était né, il le portait dans un lieu appelé Lesché, où s'assemblaient les plus anciens de chaque tribu. Ils l'observaient et, s'il était bien de bonne constitution, s'il annonçait de la vigueur, ils ordonnaient qu'on le nourrit (...). S'il était contrefait ou d'une faible complexion, ils ordonnaient qu'on le jetât dans un gouffre voisin du mont Taygète qu'on appelait les Apothètes.» (Plutarque, Vie de Lycurgue, 25, 1-3, début du 2e siècle).

oinochoe_altes_museum_berlin
Scène érotique sur un vase à figures rouges, 430 BC. Crédit Wikimedia, public domain.
Dans Politique, (Aristote, vers 335 BC) énonce une multitude d'objectifs destinés à favoriser le fonctionnement de la cité grecque. La connaissance mutuelle des citoyens étant nécessaire à l'exercice du gouvernement direct, la population ne peut-être trop nombreuse (les citoyens sont des hommes et assument les fonctions publiques en fonction de leur âge; les esclaves, les artisans et les femmes se contentent d'assurer le fonctionnement matériel). La procréation se fait dans le cadre du mariage de 35 à 55 ans pour les hommes et de 18 à 40 ans pour les femmes (Politique, VII, 16, 1335 a 28-29); le nombre d'enfants dans chaque famille est contrôlé par l'état (Politique, Livre VII, 1335 b 22). Les enfants difformes devront être abandonnés (Politique, VII, XVI, 1335 b 19-21).

Le premier texte eugéniste de l'histoire
Dans La République, Platon imagine une société idéale dans laquelle seuls les enfants des hommes et des femmes d'élite sont élevés, où le nombre des naissances est régulé par un contrôle des mariages et où les nouveaux nés sont soustraits à leurs parents: disparition de la famille (Platon, 315 BC). Bien que plus égalitaire que la cité idéale d'Aristote, cette société n'a pas grand chose à envier au Meilleur des mondes d'Huxley, la technologie biologique en moins:

«Il faut, selon nos principes, rendre les rapports très fréquents entre les hommes et les femmes d'élite, et très rares, au contraire, entre les sujets inférieurs de l'un et l'autre sexe. (...) Toutes ces mesures devront rester cachées, sauf aux magistrats, pour que la troupe des gardiens soit, autant que possible, exempte de discorde.
(...)
Les enfants, à mesure qu'ils naitront, seront remis entre les mains de personnes chargées d'en prendre soin, hommes, femmes, ou bien hommes et femmes réunis; car les charges sont communes à l'un et à l'autre sexe (...). Ces préposés porteront les enfants des sujets d'élite au bercail, et les confieront à des nourrices habitant à part dans un quartier de la ville. Pour les enfants des sujets inférieurs, et même ceux des autres qui auraient quelque difformité, il les cacheront en un lieu interdit et secret, comme il convient.
(...)
Mais lorsque l'un et l'autre sexe aura passé l'âge de la génération, nous laisserons les hommes libres de s'unir à qui ils voudront, hormis leurs filles, leurs mères, leurs petites-filles et leurs aïeules; et les femmes de même, hormis leurs fils, leurs pères et leurs parents en ligne directe, descendante ou ascendante. Nous leur accorderons cette liberté après leur avoir recommandé de prendre toutes les précautions possibles pour que nul enfant, fruit de ces unions, ne voie le jour, et, s'il en est un qui se fraie de force sa route vers la lumière, de disposer de lui en tenant bien compte que la cité ne se charge pas de le nourrir.».
Platon, La République, Livre 5, 459e - 460c

Est sous-entendue que l'excellence et la vertu d'un individu peuvent se transmettre à sa progéniture, suivant une logique héréditaire directe, idées qui n'apparaissaient pas chez Aristote; Platon fait d'ailleurs explicitement référence aux pratiques des éleveurs et à la sélection artificielle du bétail.

L'ambivalence de Darwin
Darwin est tiraillé entre ses convictions altruistes et son modèle de la sélection naturelle qu'il hésite à transposer du monde vivant aux sociétés humaines. Faute d'une connaissance des mécanismes de l'héridité et de ce qui est héritable (inné) ou pas (l'acquis) il accepte à contrecoeur les idées les plus communes de ses contemporains, regrettant la réduction de la sélection naturelle; néanmoins (et parfois pour cette raison), sa doctrine reste le non interventionnisme en tout domaine (biologique ou économique); de fait Darwin est anti-eugéniste.

L'obsession de la quantification
Galton crée le mot eugénisme ("bien engendrer") en 1883 ( Galton, Inquiries in human faculty). Comme le souligne Stepen Jay Gould, Galton est obsédé par la mathématisation (Gould, 1986).


Tout en s'intéressant à Gregor Mendel et en pratiquant quelques expériences et recueils de données sur l'hérédité animale, Galton à tendance à confondre méthode scientifique et quantification. Lors de l'exposition universelle de 1884, il installe un laboratoire de mesure des crânes et des corps, mais aucune de ses affirmations n'est scientifiquement fondée.

"The power of man over animal life, in producing whatever varieties of form he pleases, is enormously great. It would seem as though the physical structure of future generations was almost as plastic as clay, under the control of the breeder's will. It is my desire to show, more pointedly than, so far as I am aware, has been attempted before, that mental qualities are equally under control." «Le pouvoir de l'homme sur la vie animale, en produisant toutes les variétés de formes qui lui plaisent, est extrêmement grand. Il semblerait que la structure physique des générations futures soit presque aussi plastique que l'argile, sous le contrôle de la volonté de l'éleveur. mon désir de montrer, plus précisément que, pour autant que je sache, a été tenté auparavant, que les qualités mentales sont également sous contrôle. " , 1865 cité dans mémoires, 1869. En fait Galton ne fait que suivre une voie tracée par bien d'autres comme Bernard Moulin (Phrenyogénie, 1868) - La Phrenyogénie est une pseudoscience qui étudie les bosses des crânes. La Phrenyogénie est aujourd'hui oubliée, mais pas l'expression «avoir la bosse des maths». Pour ses exégètes, Galton est surtout préoccupé de défendre sa classe sociale en évitant les unions entre les individus d'origines sociales différentes. Converti à un antichristianisme farouche, il s'inquiète des conséquences de la charité chrétienne et du développement des valeurs de solidarité.

Mais l'eugénisme n'est pas le monopole des conservateurs; Les progressistes entendaient à l'inverse abolir les barrières sociales qui qui empêchent les meilleurs éléments de l'humanité d'unir leur sang. A la veille de la Première Guerre mondiale, la Eugenics Education Society, est fondée en 1907 à Londres, et comprend quelque 600 membres dont plus de la moitié sont des femmes, un fait assez extraordinaire à l'époque, mais les positions sont souvent opposées en ce qui concernent par exemple la "morale sexuelle". L'eugénisme va se développer presque partout dans le monde mais surtout dans les pays protestants. dans certains états des Etats-Unis, du Canada et dans les pays scandinaves des lois préconisant la stérilisation de certains individus sont votées. Aux Etats-Unis, le mouvement eugéniste se mèle à un contrôle de l'immigration sur des critères raciaux.

En 1922, Svante Arrhenius, un scientifique éclectique, prix Nobel de Chimie (on lui doit les premiers calculs précis sur le réchauffement climatique, la théorie de la panspermie et bien d'autres) participe à la création de l'Institut d'état pour la biologie raciale d'Uppsala. Dans les décennies 1930s et 1940s 63 000 personnes seront stérilisées en Suède dans le cadre d'une politique définie comme "l'eugénisme du bien-être". En poussant la social-démocratie à mettre l'accent sur des valeurs de de productivité, d'efficacité sociale et l'idée d'une société saine, elle cette politique la rapproche de l'exemple problématique du national socialisme (Spektorowski et Mizrachi, 2004, https://doi.org/10.1177/0022009404044443))

Des français qui font difficilement école en France
Georges Vacher de Lapouge, anthropologue, militant socialiste, admirateur d'Haeckel, fonde l'anthroposociologie, basée sur le concept de race: «Tous les êtres vivants sont soumis à la sélection naturelle; l'humanité est soumise en outre aux sélections sociales, c'est à dire à l'influence du milieu créé par elle-même.»

Pour lui, l'influence du milieu est bien une sélection au sens darwinien de caractéristiques héréditaires et non un acquis de l'environnement. Mais Vacher de Lapouge est plus un commentateur des idées de son temps qu'un inventeur. Pour définir les races, il utilise trois critères discriminants: la taille, la couleur des yeux, la couleur des cheveux et surtout la forme du crâne. Chaque race (aryenne, alpine, méditerranéenne) se voit attribuer des caractéristiques intellectuelles propres. Mais Vacher de Lapouge reconnait que toute société, toute nation est constituée d'individus "mélangés". Sa théorie raciale constitue évidemment le point faible de son anthropologie d'autant que la phrénomlogie (étude des cranes) un temps très à la mode sera vite rangée da,ns les pseudo-sciences. L'urbanisation détruit la race aryenne. Les pauvres s'appauvrissent. Seule une sélection volontaire permet d'échapper à cette dégénérescence en substituant à l'humanité actuelle une race unique et parfaite. Le régime socialiste est à la fois le moyen et le but d'une société où aucun individu n'est spécialisé et ou tous partagent leur existence entre travail manuel et intellectuel. Tout en exposant ce que devrait être la mise en oeuvre froide et idéale d'une sélection raciale par la fécondation artificielle, Vacher de Lapouge envisage difficilement qu'elle puisse résulter de la contrainte, et la juge même au final irréalisable.

L'apparence hétéroclite de ses conceptions a de quoi mécontenter tout le monde et surtout le milieu scientifique français de son époque. , concept qu'il renommera ethnie, plus présentable:
Alexis Carrel est un autre personnage qui détonne. Chirurgien français, il assiste en 1902 à la guérison d'une malade en pélerinage à Lourdres qu'il présentera comme un miracle. Critiqué sur ce point par ses collègues médecins, il s'expatrie aux Etats-Unis où il travaille sur le maintien en vie des organes isolés et les cultures cellulaires (il prétendra que ces cellules sont immortelles, ce qui sera réfuté par Hayflick et Moorhead en 1960). Prix nobel de médecine en 1912, il prône l'eugénisme volontaire. En 1935, Carrel publie L'Homme cet inconnu, un ouvrage qui reçoit un succès mondial. Oscillant entre mysticisme et scientisme, il y défend la vision du surhomme et d'une biocratie fondée sur l'inégalité biologique, l'égalité matérielle et l'amour du prochain, mais aussi le (re)conditionnement par le fouet pour les déliquants légers et l'euthanasie des criminels dans un établissement «pourvu de gaz appropriés» (de fait Carrel est l'inventeur des chambres à gaz).

Antisémite, anti-homo et anti-transsexuel.le.s, il soutient le national-socialisme allemand. Dans une préface à l'édition allemande de 1936 de L'Homme cet inconnu, Carrel écrit: «En Allemagne, le gouvernement a pris des mesures énergiques contre l'augmentation des minorités, des aliénés, des criminels. La situation idéale serait que chaque individu de cette sorte soit éliminé quand il s'est montré dangereux».

Le national-socialisme pousse dans ses extrêmes toutes les options de l'eugénisme
C'est en effet en Alllemagne que le mouvement trouve son développement le plus important. En 1934 et 1935 400 000 malades sont stérilisés. En 1940 et 1941 les handicapés mentaux et physiques sont carrément euthanasiés; parallèlement des lois sont votées des 1935 contre les juifs, puis contre les slaves et tziganes.



En 1990, le front nationnal, parti politique français d'extrême droite, présentait Alexis Carrel comme un savant humaniste

La facette libérale et individuelle de l'eugénisme
L'eugénisme n'a pas disparu aujourd'hui, mais prend une facette plus libérale, au lieu d'être basé sur des lois restrictives imposées par état fort, il est fondé sur le désir des parents de choisir des traits de sa descendance, c'est la quête de "l' enfant parfait" .

Chine L'eugénisme peut être considéré comme d'une doctrine idéologique ou comme une pratique, l'application technique d'un savoir. L'eugénisme peut êre considéré comme une politique d'Etat ou une pratique privée. Dans le premier cas, elle concerne l'ensemble d'une population; dans le deuxième, elle fait l'objet d'un choix individuel.

Marc E. Weksler. 2004. L'affaire Alexis Carrel. M/S: médecine sciences v20, 6–7: 707–709. id.erudit.org/iderudit/008693ar

Nathalie Ernoult. 2005. Une utopie platonicienne : la communauté des femmes et des enfants. Clio François-Xavier Ajavon. 2004. L'inhumain et le surhumain en Grèce ancienne. Le Philosophoire 2004/2 (n° 23), pages 149 à 164 François-Xavier Ajavon. 2006. L'étrange et inquiétant Platon de Hans F.K. Günther. Erudit.  Nicola Bertoldi. 2019. L'eugénisme comme objet pour l'histoire des sciences et comme problème contemporain. https://journals.openedition.org/cdst/720 Gould SJ. La mal-mesure de l'homme, l'intelligence sous la toise des savants. Collection Biblio. Paris : Le Livre de Poche, 1986.: 82.

Des maladies rares

Une des maladies les plus connues, la myopathie de Duchène touche un garçon sur 4 000 (et très rarement les filles). Elle s'explique par la mutation d'un gène unique localisé sur le chromosome X. L'allèle muté étant récessif, les femmes sont transmettrices; elles ne sont atteintes que si elles possèdent deux allèles mutés, un sur chaque chromosome X. Il s'agit donc d'une hérédité liée au sexe. Le gène code une protéine nommée dystrophine intervenant dans la liaison entre la protéine actine et la membrane cellulaire. Il n'existe aucun traitement, mais la maladie peut-être détectée lors d'un diagnostic prénatal (dans une famille à risque); des recherches utilisant la technique Crispr/Cas9 d'édition du gène muté ont été réalisées sur le Chien. Ce type d'intervention est bannie dans l'expèce humaine.

Docteur Jekyll et mister Hyde


En stockant l'information à l'échelle moléculaire l'ADN permet aux êtres vivants d'être des machines à apprendre. Mais les résultats de l'apprentissage ne sont pas enregistrés directement. Un processus lent et complexe impliquant les niveaux d'organisation supérieurs que sont les organismes et les populations et qui s'appelle la sélection naturelle est nécessaire.

Appréhender dans son essence ce que la nature, par essai / erreur, à mis des millions (et même des milliards) d'années à produire ne nous est pas révélé et nous restera sans doute en grande partie inaccessible.

Erwin Chargaff, est un des grands scienfifiques du 20e siècle; ses recherches ont largement contribué à la découverte de le structure de l'ADN, la molécule de l'hérédité (cf La double hélice). Contrairement à d'autres spécialistes de biologie moléculaire il s'est toujours montré inquiet des conséquences des technologies qui en sont issues:

«On peut abandonner la fission de l'atome, mettre un terme aux voyages sur la Lune ; on peut s'abstenir d'utiliser des aérosols ; on peut même imaginer que soit prise la décision de ne plus tuer des populations entières à l'aide de quelques bombes. Mais de nouvelles formes de vie ne peuvent revenir en arrière. (…)

Ce monde nous est prêté. Nous ne faisons qu'y passer, et au bout de peu de temps, nous laissons la terre, l'eau et l'air à ceux qui nous succèdent. Ma génération -ou peut-être celle qui l'a précédée- est la première à avoir livré à la nature une guerre coloniale exterminatrice sous la bannière des sciences. L'avenir nous maudira pour cela.»

portail_de_la_vierge_arbre_de_la_connaissance_detail
Notre Dame de Paris, portail du jugement dernier (détail). Crédit pianch (Flickr), modifié, © Creative Commons by SA.

L'arbre de la connaissance symbolise le désir de l'être humain de vouloir tout connaitre pour acquérir le pouvoir des dieux.
Les techniques de manipulation de l'ADN sont en voie de progresser au moins autant que celles du séquençage. Ce qui n'était qu'un bricolage et dont nous n'avons fait qu'un usage quasi absurde (13) nous ont permis de mettre au point des organismes génétiquement modifiés (OGM), mais celles du futur ouvrent des perspectives vertigineuses. Pour ne prendre qu'un exemple, les systèmes CRISPR-Cas et des ARNi permettent, par simple détournement, la mise au point d'outils moléculaires permettant une édition précise et rapide des séquences (Charpentier et Doundna, 2014).

Cette fois il ne s'agit plus de bricolage mais de technologies efficaces, demandant peu d'investissements et donc accessibles à beaucoup. Si les multinationnales seront peut-être mises hors-jeu, les personnes les mieux intentionnées ne peuvent que jouer avec le feu et les plus mal intentionnées disposer d'armes terrifiantes (14).

(1). Aldous Huxley. 1931. Brave New World. Chatto & Windus, London (1932. Le Meilleur des Mondes. Plon, Paris).
Le titre de cette page réfère évidemment au roman d'anticipation d'Aldous Huxley décrivant une société totalitaire basée sur l'inégalité, la manipulation des corps et des esprits aboutissant à la disparition du libre arbitre donc de la liberté.

13. A peu près 70 plantes transgéniques sont autorisées à l'importation en Europe dont la plus grande partie sont résistantes à des herbicides à base de glyphosate (comme le Roundup), ou à d'autres herbicides, ce qui permet évidemment de répandre encore plus d'herbicides dans les champs (En 2017, une pétition à la Commission européenne pour l'interdiction du glyphosate en Europe a réuni plus d'1,3 million de signatures sans succès à ce jour).

Un résultat misérable illustrant le détournement par les "puissances de l'argent" d'une technologie qui aurait pu être prometteuse (pour être totalement objectif 2 de ces OGM -sur 70- sont des Œillets dont la couleur est modifiée, ce qui est bien plus anodin, mais représente l'exception qui confirme la règle).

14. Un rapport "secret défense" pointe les risques de manipulations génétiques à des fins terroristes. Le Monde, 7 février 2017.

 Bibliographie

Jacques Testart. texte 712
.


Adresse de cette page: https://www.didac-tic.fr/concepts/gene/brave_new_world/index.php